1.2

Contexte marché

Les différentes tentatives de réponses

Différentes approches tentent de répondre à cette hétérogénéité :

  • adoption de standards (OS, EDI, SQL, XML…),
  • intégration d’application (ETL, EAI, B2B…).
  • intégration fonctionnelle (ERP, BPM…),

Adoption de standards :

Pour minimiser les contraintes de non compatibilité, les entreprises adoptent naturellement des standards de fait (ex : environnement bureautique) qui, au détriment de la possibilité de choix et de négociation de prix, permettent de fluidifier le travail quotidien.

A un niveau plus structurel, les entreprises adoptent souvent des standards internes (un OS, une base de données…) éliminant de ce fait la possibilité de retenir des produits ne respectant pas ces règles. C’est bien souvent un moindre mal et cela légitime la démarche. Néanmoins, des cas particuliers transgressent souvent cette règle.

Enfin, pour permettre à des applications ou à des plates-formes de s’ouvrir sur le reste du système, l’entreprise adopte des standards de communication (outils de transport uniques, accessibilité SQL, connecteur XML…). Pour cela, elle fait l’acquisition d’un middleware, qui permet cette « traduction ». Au delà du problème de prix, il y a souvent redondance entre ce middleware et les possibilités natives du produit ou de la plate-forme, ainsi qu’un coût en performance.

Intégration applicative

Si les applications sont, elles, distinctes (c’est dans tous les cas une réalité, y compris dans le cas d’une démarche ERP), l’idée de l’intégration applicative est d’avoir une infrastructure homogène de communication. C’est le principe des EAI et des infrastructures B2B. De la même manière que dans une démarche d’intégration fonctionnelle, l’intégration applicative propose une plate-forme homogène d’échange de données. Pour répondre à cet objectif, des connecteurs sont livrés vers les plates-formes cibles. Ceci pose les mêmes problèmes que l’adoption de middleware (l’EAI est souvent un ETL avec les connecteurs livrés), et celui des plates-formes non référencées (trop spécifiques, trop anciennes, trop lointaines…).

Enfin, les investissements déjà réalisés ne sont pas pris en compte.

Intégration fonctionnelle

Cette démarche consiste à retenir un produit ou une démarche unique pour gérer l’ensemble des aspects d’une entreprise. L’ambition est donc d’avoir une plate-forme fonctionnelle unique. Si ces démarches peuvent être envisagées sur des fonctions standard de l’entreprise (compta, paie…), elles ont de toute façon un coût important de configuration d’une part, et surtout elles limitent les possibilités d’originalité et de complexité du système d’information. L’entreprise perd ainsi des opportunités de performances afin de limiter les coûts de gestion.


Repère :

Les tentatives de réponses proposées pour la gestion de l’hétérogénéité proposent toutes une démarche d’intégration ou de standardisation. Dans tous les cas, cela passe par l’ajout de nouvelles technologies. Si elles améliorent la maîtrise fonctionnelle, elles accroissent encore la complexité technique.